place doria

LE CRI VERT

où l’ellipse devient spirale

février 2013

 

Je reprends « place Doria » commencé il y a environ 2 ans.
Je pense avoir résolu le problème de la juxtaposition du bleu et du violet en peignant les 2 femmes en violet (bleu de cobalt + deep rose talens) pour former un trapèze, cela donne aux 2 femmes le statut de décor, et le violet ne me dérange plus ; j’ai noyé le problème en multipliant le violet au lieu de le supprimer, qui avait été mon premier reflexe.
J’ai fait disparaître la grosse et la folle qui alourdissaient la composition.

Je nomme cette nouvelle composition : « le cri vert »

 

 

 

J’ai accentué une ellipse déjà visible dans les plis des chemises, par une nappe blanche sur laquelle je dessine précisément un arc de l’ellipse.
Je conserve la serveuse mais je mettrai un film transparent de la forme de l’ellipse pour la masquer un peu.

La tête de la serveuse est un masque pour la crédibilité des échelles

 

 

 

 

 

J’inverse le cache, tout est maintenant dissimulé sauf ce qui est à l’intérieur de l’ellipsœuf.

Dans cette ellipse, la serveuse devient crieuse à part entière.

Le regard de la crieuse sort de l’ellipse vers le rouge, son cri vert sort de l’ellipse vers le buisson vert.

 

03/03/2013

Aujourd’hui, je ne vois plus une ellipse mais plutôt une spirale  qui part des yeux du jeune garçon, passe ensuite par les yeux de sa sœur, par la nappe, les plis, la bouche de la crieuse pour s’enfuir par le trou dans le buisson vert, vers l’infini…

26/05/2015

place doria